DATACENTRE D’ART

Étienne Cliquet

? • © 2015

Trou noir

Salle des serveurs

Trou noir, salle des serveurs de la SAT, Montréal, 2011.
Découpe vinyle adhésive et origami.

Trou noir

Origami

Trou noir (détail), origami de papier lin et coton fait-main, méthyl de cellulose, 2011.

Circuit béant

Couleurs et pinceaux

Coloriage de la carte de Circuit béant avec un pinceau fin Kaerell S pointe usée bombée, série 8792.
Contour de la carte au rose tyrien.

Circuit béant

Mondialisation

Melon écrasé, rue de la concorde à Toulouse, juillet 2013.

J’ai découvert ce melon par hasard dans la rue. J’étais avec Guillaume en train de lui raconter mon projet de faire une carte de la mondialisation sous la forme d’un fruit écrasé ou d’une épluchure. Je n’avais pas d’appareil photo avec moi alors il l’a photographié avec son téléphone portable.

Circuit béant

Bord et milieu du Net

La forme de la carte découle de la manière dont a été mis à plat la surface terrestre, sa projection cartographique. Telle une orange qu’on aurait épluchée en un seul tenant, sa découpe suit le tracé des principaux câbles de fibre optique qui permettent à Internet de fonctionner. L’infrastructure d’Internet au lieu d’être représentée au centre de la carte se retrouve être le contour même de la carte, les bords du monde. Ce processus met l’Antarctique au centre comme espace le plus éloigné de toute connexion Internet. En revanche, les pays les mieux connectés comme l’Europe se retrouvent en marge de la carte et disloqués en petits bouts. C’est le cas de la France dont on a bien du mal à reconstituer la forme qu’on lui connait.

Le dessin de la carte a été généré par un programme informatique à partir d’un système d’information géographique (SIG) puis reproduit sur le mur avec un robot piloté par ordinateur sur le mur du datacentre de la société Fullsave à Labège avant d’être entièrement peint à la main. Le boîtier placé au milieu du mur est un thermomètre électronique. Il préexistait et nous l’avons intégré à la carte.

Placé dans un endroit sécurisé, cet atlas est paradoxalement inaccessible au public. Cette situation rappelle les peintures rupestres situées au fond des grottes dont les historiens savent aujourd’hui qu’elles n’étaient pas faites pour être vues (les personnes initiées venaient les peindre sur place à la lueur des lampes à huile). Comme les grottes, les datacentres sont des endroits fermés et frais. Ils pourraient bien être l’équivalent de nos musées ou de nos bibliothèques.

Allée froide

Premières migrations

Allée froide, Étienne Cliquet, Québec, novembre 2013.
Michel Lorblanchet, Art pariétal: grottes ornées du Quercy, éditions du Rouergue, 2010, p.60.

La carte peinte au deuxième étage suit la courbure de la paroi intérieure du bâtiment, en bordure des ordinateurs, dans l’allée froide où circule l’air nécessaire à refroidir les machines. Le bruit assourdissant nécessite le port d’un casque.

Sur cette carte, les continents sont alignés le long d’un axe temporel de gauche à droite suivant l’itinéraire des premières migrations d’homo-sapiens révélées par l’étude des mutations de l’ADN mithocondriale — d’Afrique de l’est il y a environ 200000 ans jusqu’à la pointe de l’Amérique du sud il y a 10000 ans environ en passant simultanément par l’Australie et l’Europe il y a peu près 30000 ans, ce dont témoigne l’art pariétal dans les grottes du Quercy non loin de Toulouse où je vis.

De la migration des premiers humains à la migration des données sur Internet, la migration s’avère un phénomène inéluctable, avec le sentiment d’avoir moi-même migré d’un monde à un autre.

Allée froide

Interrupteur

À une vingtaine de mètres environ de l'entrée primitive de la grotte et à une quinzaine de mètres de l'entrée actuelle, un mammouth finement gravé se distingue sur la paroi gauche (sud). Un interrupteur avait été installé anciennement à cet endroit, mais la figure était alors inconnue. Le support métallique de l'interrupteur a été scellé dans la partie inférieure de l'animal qui fut découvert tardivement par les guides de la grottes.


Michel Lorblanchet à propos de la grotte du Pech Merle, Art pariétal: grottes ornées du Quercy, éditions du Rouergue, 2010, p.34.